//

Essais et Documents

Les Yeux tristes de mon camion

«Tu donneras vie aux barreaux de ta prison, tu t’évaderas par la fenêtre ouverte de ton imaginaire, rien ne peut t’empêcher de te recueillir devant une pierre humide, devant une clôture de broche, rien ne t’interdit de résister jusqu’au dernier coup d’œil. […] L’humain, au temps où il avait les yeux ouverts, a toujours vu les mille facettes d’une chose, les mille sens d’un mot, les mille visages des bêtes, les mille couleurs d’une plante, ainsi que les liens mystérieux qui unissent le fer à l’étoile, le brouillard à l’arbrisseau, la montagne à la mort, la mort au corbeau et le mélèze à l’enfantement. »

Connaissez-vous Massassoit, le vieux sage de la nation wampanoag, Jean-Baptiste Faribault et Jean Baptiste Eugène Laframboise, ces aventuriers canadiens-français qui ont bâti l’Ouest américain, ou l’oncle Yvan, revenu de la guerre alors que plus personne ne l’attendait, ou la tante Monique de Santa Monica ? Saviez-vous qu’une vieille Honda était douée de la parole, qu’une grande tortue sacrée vivait sur le boulevard Pie-IX, qu’un camion des années 1950 avait des yeux, et que ces yeux pouvaient parfois être tristes ? Voilà quelques-unes des merveilles que l’on découvre ici, ainsi que mille autres, grandioses ou infimes, lointaines ou familières, cachées dans le passé que nous avons oublié, chez les humbles que nous n’écoutons plus, ou bien là, tout près, dans la nature qui nous entoure comme dans la ville que nous habitons, mais que notre modernité trépidante et notre obsession de la vitesse et de l’efficacité nous empêchent de saisir. Car pour les saisir, écrit Serge Bouchard, l’humain doit avoir « les yeux ouverts », c’est-à-dire des sens, un cœur, une intelligence et une mémoire capables de reconnaître la beauté secrète des choses, les joies et les souffrances quotidiennes qu’apporte à chacun, et particulièrement aux humiliés de ce monde, le simple fait de vivre, d’aimer, de vieillir. Après C’était au temps des mammouths laineux (2012), voici de nouveau une trentaine de petits essais écrits avec cet art qui est la marque unique de Serge Bouchard, le timbre même de sa voix : un art qui est à la fois celui de l’anthropologue, nourri par une attention passionnée aux visages et aux récits inépuisables des humains, et celui du poète, confiant dans les pouvoirs révélateurs de l’imagination et du langage. 


Autres informations

Découvrez-en davantage sur l'auteur en lisant cet entretien exclusif: http://bit.ly/2eSufsE


Serge Bouchard nous parle de son dernier livre : http://bit.ly/2e8ii35

Lisez cette entrevue avec Serge Bouchard : http://bit.ly/2g03qPL

Parution : 1 novembre 2016, 216 pages
ISBN-13 : 9782764624654
Code barre : 9782764624654
Collection : Papiers collés
Numéro :

24.95 $   /   19.00€

Ce que la presse en dit

« Qu’il parle de son vieux Mack, de baseball ou de ragoût de boulettes, ou encore de la présence canadienne-française sur le territoire américain, de ses oncles héros de guerre ou des Amérindiens, Serge Bouchard n’a pas son pareil pour dévoiler la beauté du monde. À travers son regard poétique, son amour de la race humaine, sa nord-américanité bien assumée, il transforme l’ordinaire en merveilleux. Du coup, le lecteur éprouve une certaine fierté à redécouvrir son patrimoine en découvrant Les yeux tristes de mon camion. » Manon Dumais, Le Devoir


« D'entrée de jeu, Serge Bouchard s'avoue fatigué. Son corps n'avance peut-être plus aussi vite, mais son esprit demeure très vif. Il entrelace élégamment le passé et le présent, son histoire personnelle et celle avec un grand
H, l'humour et la mélancolie. Sa langue n'a jamais été aussi belle, ni enjouée, ni poétique. On referme ce livre avec un seul regret: on en aurait voulu plus! » Marie Lambert-Chan, Québec Science, Novembre 2016

« C’est absolument bouleversant. C’est toujours aussi passionnant de vous lire Serge Bouchard. »
Marie-Louise Arsenault, Radio-Canada

« C’est un des meilleurs livres que je peux vous conseiller de lire. Si vous voulez apprendre en ayant du plaisir, en ayant de la nostalgie mais aussi en pensant à l’avenir, lisez Serge Bouchard. Ça devrait être obligatoire.
On ignore beaucoup notre propre histoire, et ça, ça nous rappelle qu’il faut aller la fouiller » Raed Hammoud, Ici Radio-Canada

« Un univers chaleureux, réconfortant, mais dérangeant par moment. Des écrits qui nous forcent à réfléchir. » Jhade Montpetit, Radio-Canada

« Il y a beaucoup de beauté dans ce livre. » Franco Nuovo

« Serge Bouchard pose un regard lucide, certains diront décapant, sur notre époque qui va trop vite et qui, selon lui, ne prend plus le temps de réfléchir. Entretien avec un anthropologue en crise de pessimisme. » Nathalie Collard, La Presse +


« Sa plume et son intelligence sont remarquables. » Monique Giroux, La Presse +

« Serge Bouchard, […] est un merveilleux conteur. Ces 28 récits sont autant de moments de grâce qui interpellent notre mémoire et notre sens des responsabilités. Un coup de cœur assuré. » Jacques Lanctôt, Journal de Montréal

« Les textes de l'anthropologue Serge Bouchard sont comme une musique qui vient profondément nous chercher. Un livre excellent ! Vous ne le regretterez pas. » Catherine Lachaussée, Radio-Canada

« De sa voix unique, il nous livre ici une trentaine de petits tableaux relatant l’histoire de ceux qui ont façonné l’identité de notre société. » La Presse +

« Serge Bouchard a signé un magnifique livre qui fait rêver, voyager, réfléchir. Un livre où il nous rappelle que " la poésie est un acte de liberté" ». Franco Nuovo, Voir

« Dans Les yeux tristes de mon camion, on entre une fois de plus avec bonheur dans la tête de cet anthropologue-philosophe qui a la faculté de rendre beau tout ce sur quoi il pose les yeux. On s’étonne, pendant et après la lecture, de se sentir si apaisé. » Lisanne Rheault-Leblanc, Nightlife.ca

« Son ouvrage, déjà en troisième réimpression un mois à peine après sa sortie en librairie, se savoure, page après page. Serge Bouchard propose à ses lecteurs d’ouvrir grand les yeux sur les merveilles qui nous entourent, de s’ouvrir les sens, le coeur, l’esprit, pour savoir reconnaître la beauté en toute chose. Et surtout la beauté d’ici, et l’importance des grands personnages d’ici, dont il fait l’éloge. » Marie-France Bornais, Le Journal de Québec

« Un road trip exceptionnel sur les routes de l’Amérique. Après avoir lu ce petit bijou de livre, vous ne verrez plus le fleuve Saint-Laurent de la même façon ni la campagne québécoise. Un doux cri du cœur qui interpelle notre sens des responsabilités. » Jacques Lanctôt, Journal de Montréal

« Serge Bouchard est un sage qui ne manque pas d’humour, un poète qui chante la liberté, qui nous dessine des loups et des carcajous, un homme qui écoute le monde pour le chuchoter à nos oreilles de sa voix unique. Il a toute notre gratitude. C’est remarquablement écrit. Serge Bouchard est notre mémoire. Il écrit des choses magnifiques qui nous font du bien, qui nous font réfléchir. » Chrystine Brouillet, TVA

« Serge Bouchard est un conteur extraordinaire capable de révéler une âme, une poésie propre à tout ce qu'il affectionne. Le résultat est un recueil de 28 petites histoires magnifiquement écrites, scénarisées avec finesse et une chute débordante d'intelligence et de sensibilité.» Serge Denis, La Tribune

« Serge Bouchard est un des seuls intellectuels dûment adoptés par le peuple québécois. Les gens ont lu ses livres et écouté ses émissions, sans doute parce qu’il refuse de poser à l’universitaire et parle avec la voix des habitants du quartier Hochelaga-Maisonneuve qui l’a vu naître, les pieds entortillés dans ses racines, les yeux rivés sur le Stade olympique dans lequel il voit une tortue sacrée. » Odile Tremblay, Le Devoir

« La lecture des Yeux tristes de mon camion a ouvert mon regard sur le monde : je porte une attention plus particulière à des événements du quotidien qui me semblaient auparavant banals. Cet assemblage d’une trentaine de textes suscite en effet la réflexion sur la vie et la mort, ainsi que sur notre rapport à l’histoire, aux objets et à la nature. Et tout ça à partir de thèmes simples et concrets. La philosophie comme je l’aime. » Marie-Lou Beaudin, Le Fil rouge


Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec